Imago mundi. A propos des réctis contemporains